Supérieur

Dsc_4968

Mash 400 Family Side

Le Mash 400 Family Side m’interpelle depuis sa sortie. Oser sortir un side-car de série à ce prix, il doit y avoir un truc !

Quand la SIMA a sorti son Family Side en 2017, sur la base de sa Five Hundred, une question s’est posée : quel est l’intérêt de sortir un side-car vu le faible potentiel du marché ? Et au final, l’attelage cartonne.

Alors quand mon pote Clément m’annonce avoir craqué pour ce petit Mash, il a fallu que j’aille jouer avec.

Et c’est vrai qu’il en jette ce petit panier. L’ensemble est joli, visuellement cohérent même si le panier aurait mérité un design un peu plus vintage, plus long, moins baignoire.

Quand on tourne autour de ce petit side-car de 230kg, on s’aperçoit très vite qu’on est face à un montage sérieux.
Déjà, la Sima a revu des éléments importants : une fourche solide (41mm), un amortisseur de direction (moche mais il a le mérite d’être là), des rayons de roues renforcés, une transmission plus courte et même une marche arrière mécanique ! Au niveau du panier, si les tirants supérieurs me semblent fins, les fixations basses et le châssis sont largement dimensionnés vue le poids de l’ensemble.

Retour sur la carrosserie de la moto où le Family Side s’en tire très honorablement. Compte-tenu du prix, je suis même agréablement surpris. C’est propre et sans faute de goût, à part des rétroviseurs bien laids. Sur le panier, nous avons le droit à un siège réglable, une ceinture de sécurité, un habillage intérieur sympa et un vrai coffre.
La finition n’est pas pire que d’autres paniers. Par contre, on tique un peu sur le fond du panier décoré par un tapis horrible et un retour en poly, dont on ne comprend pas trop l’utilité.

Une pression sur le bouton magique et le moteur s’ébroue dans un bruit feutré. Très discret le gromono de 400cm. Un peu décevant même.


Monter dans le panier ne pose pas de soucis. L’assise est large, le siège confortable. Un fois bien calé dans le siège, je m’aperçois qu’un adulte de plus d’1m75 n’a pas de place pour allonger ses jambes. Me voilà avec les jambes croisées.

Nous voilà partis à 2, soit 170 kg de bonhommes chargés sur l’attelage.

En utilisation urbaine, c’est un vrai bonheur. Le gromono nous tracte gentiment et on papote entre nous. Je suis toujours amusé par le regard des gens lorsqu’on roule en side-car : nous ne sommes pas de vilains motards mais de gentils originaux. L’agressivité s’envole et laisse place aux regards curieux.

Rouler en ville sereinement, ça fait du bien. Le pare-brise me gêne : trop haut, il provoque des tourbillons d’air désagréables dans le panier. En plus, il est très près du visage et au moindre freinage appuyé, je tape dedans. Clément me précise qu’il va bientôt le raccourcir.

A mon tour de jouer avec.

Avec Clément glissé dans le panier, on va voir ce qu’il a dans le sac, ce petit bloc de 28cv ! Et bien il m’a surpris ! Alors oui, il ne faut pas s’attendre à des envolées dignes d’une Hayabusa mais il fait le job. Avec 170kg de charge, il monte franchement dans les tours (se libérant un peu la voix au passage) jusqu’à attraper un 90km/h sans flancher ! La direction est précise et il ne tangue pas trop dans les changements d’appuis.

Attention pour les débutants, quand on voyage solo ou avec peu de poids dans le panier : on reste sur un attelage léger qui lève la patte facilement si on s’emballe un peu dans les virages à droite. Niveau freinage (sans ABS), rien à dire. Excellent feeling, freinage puissant. L’étrier du panier est couplé avec celui du frein arrière.
On se balade, on voyage, on profite… Je suis conquis.

Side-car way of life

C’est le moment de rentrer, et le moment d’essayer la marche arrière. Il y a un petit mode d’emploi car il s’agit d’un pignon de boite spécifique : on passe la première, et tout en restant débrayé, on tire sur la manette au guidon et on appuie de nouveau sur le sélecteur. Je veux bien croire que c’est utile quand on se retrouve mal pris, le nez dans une descentte mais pour le coup, j’ai fait à l’ancienne : j’ai poussé avec mes petites jambes. C’est pas 230 kg qui vont me faire peur !

Une vraie bonne surprise

Simple, volontaire et fun, cet attelage est vraiment cohérent, ce panier est une vraie bonne surprise. Encore une preuve qu’il n’y a pas que la puissance qui compte.
On s’imagine facilement partir en road-trip avec, aux normes actuelles de circulation, sans craindre pour son permis, le nez au vent, avec un large sourire. Le réservoir de 13L peut paraitre petit mais compte-tenue de la consommation de 5L au 100, on peut faire 200km sans stress.

Ce petit panier a le grand mérite de proposer une alternative très sérieuse et à bas prix aux paniers vintages « haut de gamme ». Il donne accès au petit univers du side-car à ceux qui ne veulent pas se ruiner pour rouler sur 3 roues. Et compte-tenu de l’homogénéité de l’ensemble, sûr qu’ils seront conquis.

A puissance égale, j’ai préféré cet attelage à une rustique Royal Enfield attelée. 2 philosophies différentes me répondra-t-on mais le Family Side possède un moteur moins caractériel mais plus vaillant et je n’ai pas eu l’impression de rouler sur un « piège ».

Pour résumer, ce Mash 400 Family Side me fait penser aux vieilles pub Renault Clio : il a tout d’un grand, pour un budget super contenu.

Booooorn to be wiiiiiiiiild !

Mash 400 Family Side

  • Moteur : Monocylindre 4T à carter sec, simple arbre à cames en tête, 4 soupapes, 397 cc, refroidissement par air
  • Carburation : injection électronique DELPHI
  • Démarrage : électrique
  • Boite de vitesse : 5 rapports + marche arrière
  • Puissance maxi : 27,6cv à 7000 tr/mn (20,4 Kw) / Couple : 3,05 Mkg à 5500 tr/mn
  • Suspension avant : fourche hydraulique Ø 41 mm / amortisseur de direction réglable
  • Frein avant : disque Ø 280 mm
  • Frein arrière : tambour Ø 240mm
  • Panier : disque 280 Ø mm
  • Pneu avant : 100/90-19
  • Pneu arrière : 130/70-18
  • Panier : 100/90-19
  • Dimension totale : L x l x h : 2130 x 1580 x 1130 mm
  • Hauteur de selle : 780 mm
  • Poids : 230 kg à sec
  • Réservoir d’essence : 13 litres

, ,

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire