Supérieur

DSC_3452

Kawasaki Z1300 – Héchard Scope

Pour motoriser un attelage, le 4-cylindres en ligne est une solution des plus logique. Fiable, puissant, coupleux, il est plus facile à emmener qu’un bicylindre. Alors un 6-cylindres mythique, ça doit forcement être sympa !

IMGP0543Kawasaki commença l’étude de la Z1300 avant que Honda n’attaque sa 6-cylindres. Pourtant, Honda coupa l’herbe sous le pied de son concurrent en présentant sa CBX 1000 quelques mois avant. Mais les japonais ne furent pas les premiers, Benelli les devança avec sa 750 Sei, commercialisée en 1975.

Fin 1978, Kawasaki lance sa 6-cylindres : la plus puissante puisque plus de cylindrée, la plus solide puisque refroidie par eau, et la plus sûre puisque dotée d’un vrai cadre ! Mais aussi plus lourde, plus large, plus longue, plus « laide » que la Honda.

Et la Z1300, malgré ses nombreuses qualités ne fit jamais d’ombre à la CBX 1000 qui reste une des plus belles motos jamais construite, dotée d’un des plus beaux moteurs jamais fabriqués. Le moteur sans ailettes de la Z ne fit pas l’unanimité.

DSC_3452-moteur

Il reste que cette moto est entrée dans le club légendaire des 6-cylindres en ligne.

Et il en jette ce 6-cylindres ! En fait, toute la moto est impressionnante malgré un design très classique. Mastodonte jusqu’aux comodos, la moto occulte le panier 2 places. Le bloc moteur de 85 cm déborde littéralement du cadre de la moto. Le réservoir de 27L ne le recouvre pas complèmement. Contrairement à ce que laisse supposer les dimensions, la position est agréable. Les mains tombent correctement sur le guidon, la selle est confortable et les jambes correctement positionnées.

DSC_3453

Le panier familial est confortable et donne une impression de sécurité. En plus, il convient parfaitement au Z. L’ensemble donne un look « rétro-classe ».

Vient le moment tant attendu du démarrage. Le moteur se lance sans hésitation, sur un filet de gaz. Ce son… Mais quel bruit ! A coté, les 4-cylindres donnent l’impression de tourner sur 3 pattes !

Lorsque qu’on se lance, on est étonné par la maniabilité du mastodonte. Etonnament, le side est très maniable à basse vitesse, et en plus, il braque dans un mouchoir de poche ! Le moteur est très doux.

A vitesse extra-urbaine, le comportement est sain. Le side ne louvoit pas, ne tire pas sur les cotés. Il quand même se méfier car un excès de confiance a vite fait de faire glisser l’ensemble. Les pneus sont fins, à flan haut, sur des jantes 15′ (des gommes de Citroën GS). Le moteur est coupleux, rageur, et ne demande qu’a prendre des tours. Si les accélérations ne sont pas violentes, elles restent franches et sans acoup. Et on est littéralement envouté par le chant du moteur.

IMGP0542

Sur autoroute, rien à dire, ça tracte droit, ça ne bouge pas. Le side s’emmène facilement à 160 (140 réel) sans qu’il devienne piégeux. Au delà, un petit problème, à revoir, de calage de distribution étouffe  l’engin. D’ailleurs, parmi les défauts de la moto, un tendeur de distri farceur qui fait sauter des dents. Pas d’inquiétude, il y a 2 dents « d’avance » avant une casse mais ça demande un peu d’heures de boulot…

Au final, j’ai été agréablement supris. Comme je le disais précédemment lors de son arrivée, si en découvrant l’engin, j’ai eu peur que ce soit physique (la moto est vraiment impressionnante), il s’avère que l’ensemble est très sain et pas piégieux (pour un side). Une bonne surprise, un très bel attelage vraiment plaisant à emmener au moteur mythique, superbe, chant phénoménal et gorgé de couple à tout les étages.

side1W

Pour aller plus loin :
Z1300 Club de France : http://www.z1300club-de-france.fr
 

, , ,

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire