Restaurations favorites

Dsc_0388

E85 : bilan des 4000 km

Après avoir réglé ma bonne vieille ZRX 1100 pour qu’elle fonctionne à l’E85, il est intéressant de réaliser un petit bilan, quelques milliers de kilomètres après.

Même si en théorie, ça doit fonctionner, la pratique peut se révélée bien différente. Et alors, avec le ZRX ça donne quoi ?

Le bilan

J’ai réalisé la transformation à la fin du Printemps et j’ai roulé tout l’Eté et le début de l’Automne. Surtout des trajets pour aller au boulot et quelques balades le week-end. Donc des parcours mixte avec de l’autoroute, de la route, et de la ville.

Déjà, je n’ai pas noté de perte de puissance, l’agrément moteur est toujours présent. Gros couple à tous les étages et prises de tours sans à-coups. Bon, il s’agit d’un gros 4-cylindres de 100 cv et c’est difficile de vraiment se rendre compte sans un passage au banc mais en tout cas, en usage courant, le passage à l’e85 ne gène pas.

Là où il faut être un peu plus vigilant, c’est au niveau des stations services. Si elles sont bien réparties, il n’y en a pas partout non plus. Pour m’aider j’ai téléchargé l’app “Mes Stations E85” (développée par la filière Bioéthanol française). C’est simple à utiliser et ça permet d’anticiper lorsqu’on part sur de gros parcours. Pour se dépanner, on peu remettre un peu de Sans-Plomb mais attention à ne pas trop diluer, c’est un coup à engorger le moteur.

Niveau consommation, pas de surprise, je compte 1L de plus aux 100 (en moyenne), soit 8L/100. Ce n’est pas insurmontable compte tenu du gain financier indéniable lors du passage à la pompe mais attention, avec l’autonomie d’une moto, ça se ressent vite.

Au bout de quelques pleins, j’ai fini par acheter de l’additif suite à des démarrages à froid pas toujours faciles, surtout sous 10°C. Ca coute 35€ mais ça traite 250L d’e85, soit plus de 3000 km, et ça me permet d’avoir l’esprit tranquille.

Pour conclure ce petit bilan, je suis toujours content de cette transformation qui permet d’économiser pas mal à la pompe tout en gardant l’agrément offert par le moteur du ZRX. Je continue néanmoins de surveiller et d’écoute la moto, voir si elle continue d’aussi bien digérer le Superéthanol.

Amélioration des réglages.

A l’usage, je me suis rendu compte des imperfections de mes réglages initiaux. Mon mélange était un peu riche à mi-régime. Sans s’engorger, le moteur a un soupçon de ratatouillage entre 3500 et 4000 trs. J’ai rapidement soupçonné la hauteur des aiguilles.

Pour schématiser, à ce niveau d’ouverture des boisseaux (un peu moins de 1/2), les gicleurs principaux (20% plus gros) commencent à laisser passer l’e85 grâce à la levée des aiguilles. Mais celles-ci étant légèrement levée, elle laiise passer le carburant trop tôt alors que les gicleurs de ralenti fournissent aussi 20% de carburant en plus.

En ayant levé les aiguilles, les gicleurs principaux s’ouvrent trop tôt. Il suffit de descendre les 4 aiguilles à leur place initiale pour régler le. J’en profite pour tester le réglage de richesse mais pas besoin de compenser, je le laisse également à son réglage standard.

Réglage DynojetStage 3
standard
Stage 3 + e85
“initial”
Stage 3 + e85
“optimisé”
Gicleur principal125150150
Gicleur de ralenti37,54545
Hauteur d’aiguille3ème cran2ème cran3ème cran
Réglage richesse2,5 trs2,5 trs2,5 trs
Voici le récapitulatif des réglages corrigés.

Donc à retenir pour les prochaines fois : niveau carburateur, remplacer les gicleurs principaux et de ralenti suffit.

J’en profite pour contrôler l’intérieur des carburateurs : en effet, pas de dépôt, c’est même nettoyé. Pour l’hivernage, l’idéal sera de vidanger le réservoir et les cuves de carbu

, ,

No comments yet.

Laisser un commentaire