Supérieur

Normandie 2014

Boucle normande

du 14 au 17 août 2014

Montage side

Suite à nos précédents voyages, une furieuse envie de découvrir le voyage à moto s’est fait sentir pour Clément, Julie, Jérôme et Angélique. S’ils sont décidés à nous accompagner pour notre Tour 2014, ils souhaitent commencer doucement, seulement quelques jours.

Et parmi les nouveautés, nous partirons avec les side-cars avec nos enfants. Et pour des raisons de fiabilité (le Z1300 va-t-il terminer la boucle) nous ne partirons pas à l’étranger.

Pour 2014, notre Tour Autour se transforme en Mini-Tour : 3 jours en Normandie.

Départ pour Dieppe

Normandie_20140814_192204012Afin de profiter un peu plus de ces 3 jours de voyage, nous avons convenu de partir la veille, en fin de journée afin de sentir déjà « l’air du large ». Nous prenons donc la direction de Dieppe où nous passerons la nuit à l’hotel. Arrivée estimée à 20h.

Mais pour bien commencer le voyage, au moment où nous rejoignons Clément et Julie, une pluie d’orage vient retarder le départ. Après 30km sous la pluie, il est 20h, et nous ne sommes qu’à Abbeville. Nous prenons la décision de nous arrêter pour manger.

Les 70 km restants se feront sous la pluie. Nous arrivons à Dieppe à 22h30, une bonne douche chaude et une bonne nuit de sommeil.

Rouler en Normandie

Normandie_IMG_6176089L’avantage avec une nuit à l’hôtel, c’est que le lendemain, il est facile de se lever tôt, pour prendre la route rapidement. Surtout qu’aujourd’hui, 250km nous attendent. Mais s’il y a un vent frais, le Soleil est là.

Nous longeons la côte jusqu’au Havre pour prendre tranquillement le Pont de Normandie (gratuit pour les moto). Et s’il y a une voie de dégagement pour les motos, avec nos 2 side-cars, nous sommes obligés de profité des bouchons du péage (week-end du 15 août).

Un fois passé à vitesse raisonnable (autant profiter de la vue), nous nous arrêtons à Deauville pour le midi. Après avoir flâné, il est temps de partir, direction Cabourg afin de profiter de la côte. Puis nous reprenons direction Caen pour rejoindre Saint-Lô par la petite route.

C’est arrivé à Saint-Lô pour faire le plein, que mon câble d’ouverture de coffre décide de casser. RestantNormandie_DSC_4504052 parfaitement zen, je sens quand même que ça va être compliqué de récupérer les valises…

Arrivé au gîte, pendant que les femmes s’installent et prennent possession des lieux, nous entreprenons l’ouverture du coffre avec notre hôte, qui très bricoleur, a un atelier bien fourni et des doigts de fée.

Grâce à lui, nous avons pu chasser les goupilles des charnières de coffre pour récupérer le câble. Ce dernier a cassé au niveau de la poignée. Nous adaptons un système de fortune qui fera très bien l’affaire pour terminer notre séjour.Normandie_IMAG0053072

Sauf que plus de 2h ont passé et qu’un vendredi 15août, ça va être dur de trouver quelque-chose d’ouvert en soirée. Je pars donc avec Jérôme dans le panier en quête de notre repas. Ce qui sera finira par une bonne arsouille sidecariste.

On se couche exténués.

Vers Alençon

Ayant un peu (trop) pris notre temps le samedi, nous décidons de prendre la route la plus courte pour aller sur Alençon. Et si cette portion est roulante, elle esNormandie_20140816_161719032t aussi tournante ! Le Méga GTS étant vraiment polyvalent, je me fais plaisir à suivre Jérôme sur les portions sinueuses. Et si dans les côtes, la moto chargée, j’ai l’accélération d’un diesel atmosphérique, une fois bien lancé, je suis sans souci. Pour Clément, c’est moins évident, son attelage étant très physique à emmener dans les virages et la fatigue n’aidant pas, il préfère suivre à son rythme.

Arrivée au gîte à Alençon en fin d’après-midi, nous profitons vraiment de notre soirée. Après que les enfants se soient défoulés et bien profités du beau temps, nous remontons en ville pour nous retrouver au restaurant.

Les lignes droites…

…c’est long. Mais pour remonter sur Rouen à partir d’Alençon, pas vraiment le choix, la route est vraiment droite. Pas grand chose non plus à raconter de cette journée de retour. Après nous être posé pour notre dernier repas ensemble des vacances, nous repartons chacun de notre côté, de nouveau sous la pluie, retrouver la marmaille laissé chez les Grand-Parents.