Supérieur

Ecosse 2010

10 jours en Ecosse

24 juillet au 2 août 2010

Tour Autour 2010 - Ecosse

– Hé ! Et si on partait en Écosse en moto cet été ?

– Ah ouais, ça pourrait être pas mal !

– Oui, c’est même une super idée !

C’est par ces mots que commença le préparation de nos vacances 2010 : réaliser un voyage de 10 jours en Écosse, Maxime, Caroline et moi, sur 2 Kawasaki ZRX 1100.

Pas forcement l’idéal pour voyager mais qu’importe le flacon tant qu’il y a l’ivresse !

Quitte à partir en gros roadsters, à un moindre coût, autant préparer correctement le voyage.

Un road-book grossier fut défini, un guide “Le Petit Futé” fut acheté en même temps qu’une carte routière et le ferry Calais-Douvres réservé largement en avance pour profiter des bas-prix. Le départ est fixé au 24 juillet.

Pour des raisons de budget, nous avons limité au maximum les Bed & Breakfast : 1 nuit pour traverser l’Angleterre, 2 nuits lors de la visite d’Edimbourg et 1 nuit en redescendant vers Douvres.

Pour le reste : camping !

Une bonne révision des motos, montage des sacoches et du nécessaire de camping…

Sans vraiment s’en rendre compte, nous étions prêt.

Voici ces 10 jours inoubliables…

En route pour la Grande Bretagne !

IMG_4100

Avant l’embarquement pour Douvres

Le matin du départ, lorsque nous attendions le ferry, une dernière petite appréhension avant de monter à bord. “Est-ce vraiment raisonnable de partir avec une machine de 85 000 km et une autre de 60 000 km montrant une légère fatigue de la boite de vitesse ?” “3 600km en roadster ? Nous sommes des malades !”

Plus le temps de se poser des questions, une fois à bord, il n’est plus possible de reculer.

Les motos harnachées dans le ferry, avec les poids-lourds, la traversée se passe tranquillement sur une mer calme. Heureusement car le motard a-t-il le pied marin ?

Le temps de profiter de l’air marin et c’est l’arrivée à Douvres, sous une chaleur étouffante.

Sympa, les motos commencent leur voyage en surchauffant. Une petite pause sandwich avec vue sur le château et en route pour Nottingham, soit 500 km.

La journée autoroute nous a épuisé et le passage près de Londres avec ses bouchons n’a pas aidé. Remonter les files de voitures avec les bagageries latérales et à deux sur une moto est assez acrobatique. Surtout après être resté “posé” entre un autocar et une Clio…

Heureusement, le Bed & Breakfast à coté de Nottingham est vraiment confortable et accueillant.

Un pub anglais très sympa en soirée, des lits douillets pour la nuit et en route pour Edimbourg…

Enfin l’Ecosse !

P1110403

Enfin l’Ecosse !

Le lendemain, après un petit déjeuner typique anglais (saucisses, oeuf, bacon, tomates, haricots…) direction Leeds puis Newcastle pour arriver en Écosse en longeant la côte.

Ca y est, le panneau “Welcome to Scotland”, on y est ! Quel bonheur !

Bon, ce n’est pas le tout d’arriver en Écosse, maintenant, il faut réaliser la boucle. Nous continuons de longer la côte Écossaise pour arriver à coté d’Edimbourg où nous prenons les chambres B&B.

Là, on nous conseille d’abandonner les motos, de prendre le bus pour rejoindre Edimbourg et ainsi visiter la ville à pied.

Une chose que nous n’avions pas prévue au Royaume-Uni : tous les restaurants sont fermés le dimanche soir !

Après de longues minutes de marche et quelques kilomètres (et oui, nous n’étions pas censés prendre les motos), après avoir quasiment traversé une voie rapide à pied,  nous avons enfin trouvé un relais pour manger !

Visite piétonne d’Edimbourg.

P1110462

Vue d’Edimbourg

Après une bonne nuit, nous voilà parti le lendemain en bus pour Edimbourg (devinez où s’installent des Français dans un bus à 2 étages ?).

La ville est superbe et nous traversons la ville pendant toute la journée ! Le Château, Old Town, New Town, Calton Hill… Nous avons marché dans de nombreuses artères, rues et ruelles pleines d’Histoire. Nous avons même profité de nos premières averses Écossaises le midi, au sec dans un pub typique !

Premier choc culinaire. Le pudding à la viande, ce n’est vraiment pas génial.

Fin d’après-midi passé dans le Museum Of Scotland, et nous mangeons à Edimbourg pour faire durer le plaisir, avant de rentrer le soir, exténués.

Premiers tours de roues dans les Highlands.

IMG_3065

Premier tours de roues dans les Highlands

Nous voilà de nouveau sur nos motos, direction les Highlands ! Pour cela, tout droit vers le nord en quittant Edimbourg !

Nous en prenons plein les yeux, ce n’est que le début des Highlands mais c’est magnifique sous ce ciel bleu !

Nous en profitons pour nous allonger dans l’herbe grasse pour manger. Le décors est parfait !

De retour sur la route, nous traversons Braemar puis Aberdeen.

Les ZRX sont assez confortables pour ne pas trop nous casser jusque là. Ce sont de bonnes routières grâce à leurs moteurs coupleux malgré un manque évident de protection.

Mais rouler sous le Soleil, nez au vent nous comble !

IMG_4239

Aberdeen

Arrivée à Aberdeen, un petit tour à l’Office de Tourisme pour quelques informations et une liste des campings des Highlands.

Après avoir trouvé notre premier camping en dehors de la ville (même s’il a fallu négocier sec pour qu’ils ne nous fassent pas payer 2 emplacements), retour à Aberdeen pour un repas dans un pub très sympathique.

Mention spéciale à Maxime pour ce magnifique contre-sens après un carrefour ! On oublie vite la conduite à gauche !

Retour dans le camping, l’herbe haute étant gorgée d’eau après une pluie de courte durée mais abondante (les joies des averses insulaires) ! Mes bottes ont pris l’eau à ce moment là avec pour résultat les pieds mouillés pendant tout le reste du voyage.

Fiers de nous, nous en profitons pour coller nos “victoires” sur nos motos : un drapeau écossais sur chaque machine !

 Un petit café au coin du réchaud et la journée se termine pour nous.

Le Loch Ness et Glen Affric

P1110553

Les Highlands

Nous avons repris la route direction Inverness, la capitale des Highlands, en traînant par l’intérieur des terres.

Première frayeur du voyage : après avoir fait le plein juste après notre départ du camping, la moto de Maxime refuse de démarrer !

Étant rodés au démontage de ces machines, ni une, ni deux, nous nous apprêtons à l’ouvrir !

Ce que nous aurions fait sans un éclair de génie de Caroline : “- Et t’as pensé à débrancher le GPS ? – Euh, ben non…”. Un GPS branché suffit à épuiser une batterie faiblarde

 Le reste du parcours s’est déroulé sans encombre jusqu’à Inverness.

Pas grand monde sur la route, nous goûtons à nos premiers instants de solitude et que c’est bon de se sentir seul !

Visite rapide de la ville et de son château puis recherche d’un camping. Nous trouvons notre bonheur à Beauly, à quelques kilomètre de là. Bon, les sanitaires (à la limite du glauque) ne sont vraiment pas à la hauteur du standing affiché à l’entrée mais ça suffira.

IMG_3193

Uruquart Castle, sur les bord du Loch Ness

Nous nous installons au bord de l’eau et en route pour le Loch Ness ! GPS abandonné pour ce soir, nous naviguons à la carte !

Nous avons rejoint le Loch Ness, vu le château Uruquart et direction Glen Affric, que notre guide Petit Futé nous conseille.

 Les 15 miles à partir de Cannich pour rejoindre Glen Affric ne sont pas de tout repos : petite route forestière gravillonnée sans possibilité de se croiser correctement.

Arrivés là-bas, nous allons marcher le long de la rivière. Ce Loch est magnifique !

Mais la balade est de courte durée car nous nous faisons surprendre par l’obscurité et les “midges” (des moucherons écossais terriblement voraces) commencent à pointer leur nez.

IMG_3226

Glen Affric et son Loch

Remontés sur nos motos, je m’arrête juste après le départ pour prendre une dernière photo du Loch. Lorsque je repars, nous voyons Maxime à coté de sa moto béquillée : « il y a avait une biche sur la route, j’ai dû descendre de moto pour la faire fuir ! ». Ah !

Nous nous sentons tendus, l’obscurité, les animaux qui commencent à bouger, la rivière d’un coté et un glen de l’autre. Tout ça sur une route forestière zigzaguant…

Le retour promet d’être épique !

Nous voilà parti, Caroline s’est accroché fortement, je la soupçonne d’avoir fermée les yeux à certains moments. Je suis Maxime sur le retour. Plus exactement son feu arrière pour ne pas le perdre. Et là tout devient un automatisme : accélérer, freiner, prendre les successions de virages ! C’est dingue le nombre d’informations que le cerveau peut traiter à la fois. (“Tiens, ces 2 pierres n’étaient pas là à l’aller. Mais il y en a une qui a 2 oreilles ?! Oh, des moutons !!”)

L’impression qu’il pleut ? Non, les midges s’écrasent sur la visière ! Et la route qui ne cesse de tourner !

L’arrivée à Cannich est une courte délivrance car nous avons enfin quitté la route forestière. Reste à parcourir les 15 miles nous séparant de nos duvets moelleux ! La route est plus large mais toujours oppressante !

Nous sommes arrivés à nos tentes, complètement lessivés, pas vraiment fier de nous. Nos feux avant et nos casques recouvert de midges…

Des rires nerveux histoire de communier ensemble cette montée d’adrénaline et nous sommes effondrés dans nos tentes.

Bienvenue sur l’île de Skye

Photos-0034

Beaucoup de moutons sur les routes dans les Highlands

Déjà le 6ème jour de notre voyage. Le GPS est de nouveau débranché, nous prenons la direction d’Applecross. Nous passerons par les petites routes, et arriverons par le nord. Direction l’Ouest, et le Loch Torridon ! Le Soleil est caché derrière les nuages, il fait plus frais que la veille mais étant à la même latitude que le nord du Danemark, nous ne sommes pas vraiment étonnés.

Arrivé à Shieldaig, après des paysages magnifiques, nous entamons la petite route longeant la côte. Une route ne permettant de se croiser que grâce à des “passing places”, entre des Glen et des Loch puis au bord de l’océan, face à l’île de Skye.

La conduite des motos demande beaucoup d’attention et de concentration sur ces petites routes zigzaguantes avec des moutons se promenant allègrement dessus.

Mais comment rester concentrés devant ces paysages magnifiques, ces collines et vallons, toutes cette eau au reflets bleus. C’est superbe !

IMG_3257

Applecross, notre « bout du monde »

En arrivant à Applecross, petit village perdu au milieu de nul part avec une vue magnifique sur l’île de Skye, nous avons l’impression d’être arrivé au bout de notre voyage. D’avoir fait tout ce chemin juste pour arriver ici : “au bout du monde” !

Après quelques photos pour immortaliser l’instant, nous décidons de pique-niquer ici. Un petit souci se révèle : en 100km depuis notre départ, nous n’avons pas croisé de magasin d’alimentaire. Ah…

Nous voilà donc à manger notre petit déjeuner du lendemain.

Un petit café et hop, reparti pour le retour en passant par la route “inscrite sur la carte”.

Photos-0041

Bealach Na Bo

Finalement, elle ne se révèle pas meilleure que la route nord mais tout aussi belle. Le passage par le Bealach Na Bo (“Passe du bétail”) est tout simplement magnifique !

A force de regarder le paysage en roulant, l’un de nous va bien finir la journée au sol…

Après avoir retrouvés une belle route, nous ne tardons pas à trouver une station service. Il était temps !

 Nous décidons de nous poser à Balmacara, aux portes de l’île de Skye, où nous trouvons un joli camping.

Après notre installation, nous décidons de visiter un peu les environs. Ce n’est que le milieu d’après midi, il serait dommage de s’arrêter là, le Soleil ayant enfin décidé de montrer son nez.

IMG_3285

Eilean Donan Castle

Direction Domie, à quelques kilomètres de là, où pose fièrement l’Eilean Donan Castle, passé à la postérité en servant de décors au film “Highlander”.

Très joli d’extérieur mais est les 7€  par personnes pour visiter un “petit” château envahi de touristes suffisent à nous dérouter vers l’île de Skye, complètement à l’opposé.

 Petit arrêt par Kyle of Lochalsh pour remplir les besaces, avant de prendre le pont pour Skye.

Tout d’abord, direction Armadale, au sud de l’île afin de se renseigner sur les ferries en partance pour Mallaig. Cela nous évitera un gros détour pour Fort Williams (pas de route directe) et il semble que la route Mallaig-Fort Williams est magnifique.

IMG_3304

Portree

Nous remontons ensuite sur Portree, chef-lieu de l’île.

Superbe petite ville portuaire, ouverte sur une petite baie, entre deux collines ! Mais il faut reconnaitre, que 17°C un 29 juillet, nous semble frais. Les locaux, en tee-shirt et shorts, semble nt habitués. D’ailleurs, ils nous expliquent que 20°C, pour eux, c’est chaud. Finalement, la Picardie, c’est pas mal !

 Nous trouvons à manger dans un petit (mais vraiment petit) restaurant. Caroline et Maxime s’essaient au Haggis. Je n’y arrive pas, la panse de brebis farcie n’est pas faite pour moi !

IMG_3324

Coucher de Soleil sur le pont du Loch Alsh

Puis c’est le retour sur Balmacara, la nuit tombante, un peu frigorifié.

Mais il s’agit sûrement du jour le plus intense de notre voyage en terme de plaisir. Ce sentiment de bonheur d’être arrivé là et d’en profiter !

Ces 2 derniers jours justifient à eux seuls notre voyage !

Premier jour de pluie

IMG_3338

L’Ecosse sous la pluie

Après avoir ressanglés les tentes sur les motos sous un ciel chargé, nous prenons la direction de l’île de Skye pour prendre le ferry à Armadale.

Nous montons sur le ferry avec une bandes de bikers Néerlandais roulant en BMW et autres japonaise. Un seul en vraie Harley ! Sur leurs vestes de “club”, l’ensemble des pays visités : respect…

Nous avons bien profité de la traversée, il parait que c’est joli. Sauf qu’avec le brouillard épais, nous n’avons rien vu.

Arrivés à Mallaig, nous trouvons une Poste afin de poser les cartes postales achetées à Inverness et nous reprenons la route direction Fort-William. La voie ferrée, et le viaduc de Glennfinan, ont servi au passage du Poudlard Express dans Harry Potter.

Sauf qu’il s’est mis à pleuvoir. Et quand il pleut en Écosse, c’est comme avoir la tête dans le nuage. Nous n’avons rien vu…

IMG_3362

Castle Stalker

Après ces quelques kilomètres sous l’eau, nous décidons de nous arrêter à Fort-William afin de boire une boisson chaude. Nous trouvons refuge dans un pub du centre ville, où nous arrivons dégoulinant.

En rejoignant nos motos, nous tombons sur deux allemands attaquant l’Écosse par l’ouest. Et depuis qu’ils ont posé les roues en Écosse il ne fait que pleuvoir.

Nous avons de la chance : c’est le premier jour de pluie de la semaine !

En chemin, nous tombons sur le Castle Stalker, le château qui a servi de décors au film “Sacré Graal” des Monty Python : le Château d’Arrgghhh

IMG_3386

Oban

Notre route se poursuit jusqu’à Oban, sous la pluie.

Nous trouvons un camping dans les hauteurs et après avoir monté les tentes tout en haut, nous décidons de profiter profiter des quelques rayons de soleil de la journée pour visiter Oban. La ville est plutôt jolie, avec son théatre romain en arrière plan. D’ailleurs, ce dernier n’a pas été construit par les romains (qui sont bien montés jusque en Écosse lors de leur conquête de l’île de Bretagne) mais par un notable de la ville au XIXème siècle.

Le temps de passer devant la distillerie, de trouver un pub pour se poser, manger et il faut déjà retrouver le chemin des tentes. Ces quelques heures de “sec” nous auront fait le plus grand bien !

Dernier jour en Écosse

IMG_3377

Le plaisir du camping sous pluie

Réveillés aux aurores par la pluie, nous prenons nos petits-déjeuners sous la tente et surtout démontons les tentes sous la pluie !

Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines car la moto de Maxime refuse de démarrer. Si la mienne a plutôt bien supporté la pluie de la nuit, celle de Maxime a pris l’humidité !

Une seule solution, démarrage à la poussette. Sauf que démarrer un 4 cylindres de 1100cc et de 250 kg en poussant, ce n’est vraiment pas évident ! Heureusement que le camping est en pente. Après avoir “lâché” Maxime dans la descente nous attendons son retour avec la hantise de la panne mais aussi d’avoir à remonter la moto jusque dans les hauteurs du camping !

Quel soulagement de l’avoir vu remonter, la moto ratatouillante mais tournante !

Après cette aventure matinale, les bagages ressanglés, nous reprenons la route direction Glasgow, toujours sous la pluie.

Ville industrielle, nous avons fait le choix de ne pas  nous arrêter, comme nous l’avons fait à Edimbourg. Nous nous contentons donc de la traverser et de prendre la direction de Dumfries, ville dans les Lowlands, située non loin de l’Angleterre.

Il s’agit de notre dernière étape écossaise. Après s’être arrêtés au supermarché pour quelques courses et 18 litres de Irn Bru (soda typiquement écossais de couleur “rouille”), nous nous mettons en quête d’un dernier camping, que nous trouvons dans la petite ville d’Annam.

Après le classique montage des tentes, il est déjà temps pour nous de manger.

Nous trouvons ensuite un pub sympa dans lequel nous profitons de l’ambiance d’un petit groupe local jouant de vieux tubes des années 60. Ca participe à l’ambiance !

Journée route

P1110933

Nottingham

C’est la fin de notre périple écossais. Nous quittons l’Ecosse et deux grosses journées de roulage s’annoncent. Il nous faut retrouver Nottingham ce soir.

A 100 km du  bed & breakfast, lors d’une pause, nous nous apercevons que mon pneu arrière a complètement été usé par le poids et par des routes abrasives. Et surtout, un choc a abîmé la gomme en profondeur jusqu’à la structure du pneu sur une bande de 10 cm de longueur.

Le pneu n’est pas crevé mais il va rapidement falloir le changer.

Au Royaume-Un, comme en France, trouver un garagiste ouvert un dimanche est délicat. Pas le choix, il faut attendre lundi.

Nous reprenons la route et tentons d’arriver à destination. Étonnamment, le pneu tient bon et nous arrivons sans encombre au B&B, à Kimberly, dans la banlieue de Nottingham.

L’ouverture des sacoches fut bien plus hasardeuse car après 2 jours de pluies, les affaires sentaient très fort l’humidité. Une bonne odeur de renfermé a envahi les chambres…

Laissant les motos devant la maison, nous retournons au pub dans lequel nous avions mangés le soir de notre arrivée en terre anglaise, espérant que ce dernier est ouvert. Il est  ouvert mais ne propose pas de menu le dimanche. Nous voilà obligé de reprendre les motos pour nous diriger vers Nottingham. Ce sera l’occasion de visiter…

Tout d’abord, trouver où manger avant que tout ne ferme à 19h. Le seul restaurant ouvert est un Burger King. S’en suivi un petit tour dans le centre ville jusqu’au château et sa statue de Robin des Bois.

Et il est temps de rentrer afin de trouver sur Internet une adresse ouverte où il sera possible de faire changer ce pneu. Grande surprise, il n’y a pas de grandes chaînes spécialisées d’entretien moto comme en France. Cela complique notre recherche mais nous finissons par trouver. Encore 100km a prévoir avec seulement un léger détour. En partant tôt, nous auront même le temps de nous poser tranquillement à Douvres avant le Ferry de 16h.

Accueil anglais

P1110946

Un pneu arrière HS

Parti aux aurores, nous arrivons au garage quasiment à l’ouverture, vers 9h30. Le temps de rencontrer un commercial et ce fut le début des ennuis.

Il semblerait que la taille 170/60 de pneu arrière de ma moto n’existe pas ! Bon, ce n’est pas standard mais de là à dire qu’on s’est trompé et que cette dimension n’existe pas…

Je me rabats sur une taille plus grande, le but étant surtout de rentrer.

En France, 30 min suffisent à changer un pneu. Je ne sais pas si c’est le doux accueil anglais envers les français mais nous récupérons la moto a 12h30. Plus exactement, nous terminons de monter le pneu nous même, le mécano ayant quelques difficultés à remonter la roue sur la moto.

3h pour changer un pneu, ça a de quoi énerver et nous l’étions surtout à la vue du retard pris.

Le temps de tout refixer sur la moto, de payer et de ne pas dire merci, nous voilà parti pour encore 3h de route. C’est là que ça se corse : 3h de route et nous devons arriver devant le Ferry a 15h30 (30min avant départ)

P1110950

Le voyage se termine…

Nous avons “bien” roulé et après un retour sans encombre, une petite engueulade pas bien méchante et un dernier orage a 20 km de Douvres, nous sommes arrivés devant le ferry a 15h45, trempés.

Ca y est, notre périple se termine.

De retour en France, la route sous le Soleil couchant fut très plaisante. Le temps de laisser Maxime chez lui et nous terminons tranquillement les 50 derniers kilomètres

Nous rentrons chez nous épuisés, contents de rentrer mais heureux de l’avoir fait

Avec la ferme volonté de recommencer…

Notre Road-book :

(Seulement la partie Écossaise)

Roadbook2

3600 km parcourus
20 stations-service visitées
16 litres de Irn Bru manenés
5 nuits de camping
2 jours de pluie
1 pneus laissé sur l’autoroute
10 jours de bonheur !